Non classé

Harry Potter : une traduction débordante de créativité (1/4)

[Article rédigé par ma collègue Agnès Wilkanowski dans le cadre du collectif La Linguistiquerie. Pour plus d’articles, rendez vous ici.]

Agnès, Traductrice à Poudlard


Cet article est le premier d’une série de quatre articles rédigés dans le cadre de la semaine Harry Potter organisée par La Linguistiquerie. Agnès, représentante de la maison Gryffondor décortique avec nous quelques un des mots les plus connus/loufoques de la saga.

Pour retrouver l’article d’origine, ça se passe ici !

Tout a commencé le jour de la cérémonie de la répartition, probablement le plus beau jour de ma vie. Le choixpeau m’a placée dans la maison Gryffondor, et le sort en était jeté. Cela sonnait comme une évidence puisque la justice, la loyauté et le courage sont des valeurs très chères à mon cœur. Moi qui suis née de parents moldus, je me suis toujours sentie différente et pour la première fois, j’étais enfin à ma place. Durant mes années à Poudlard, j’ai eu l’immense chance de me lier d’amitié avec Neville Londubat qui m’a transmis sa passion pour la botanique. Alastor Maugrey « Fol Oeil » est également devenu mon mentor, même s’il a la fâcheuse tendance à être ronchon et qu’il mène tout le monde à la baguette. Si je ne devais retenir qu’un seul sort parmi tous ceux que je maîtrise (et sans vouloir sembler prétentieuse, il y en a pas mal), ce serait Riddikulus, bien que Failamalle soit plutôt pratique, un coup de baguette magique et hop, me voilà prête à partir en vadrouille. Pourquoi ? Et bien ironie du sort, ce dont j’ai le plus peur, c’est d’avoir peur. Alors grâce à lui, je peux me débarrasser des épouvantards, qui sont redoutables. Mon passe temps favori ? Flâner dans le Chemin de Traverse (et par la même occasion faire le plein de suçacides, mon péché mignon). Bon sang de bon sort, je n’avais pas vu l’heure. C’est pas tout, mais j’ai mon cours de Quidditch qui m’attend, moi !

Voilà ce à quoi aurait ressemblé ma vie d’élève à Poudlard. Plutôt sympa, non ? Bon finalement je ne m’en sors pas si mal puisque je suis traductrice. Je fais donc de la magie au quotidien et croyez-moi, j’ai plus d’un tour dans mon sac ! Certes, nous, les traducteurs, nous ne maîtrisons pas l’art du maniement de la baguette, mais nous savons manier les mots. J’ai toujours pensé que les traducteurs étaient des auteurs à part entière, c’est d’autant plus vrai dans le domaine de la traduction d’édition. Je souhaiterais donc à présent rendre hommage au traducteur exceptionnel des livres Harry Potter, Jean-François Ménard. Ces trouvailles amusantes, particulièrement ingénieuses et efficaces m’ont toujours bluffée.

Analysons ça d’un peu plus près.

  • Gryffondor (Gryffindor)

Commençons par le plus important : la traduction de la meilleure maison de Poudlard, GRYFFONDOR ! 

Godric Gryffondor est le fondateur de la maison à laquelle il a donné son nom (Godric Gryffindor en anglais). Il en a forgé les valeurs principales : courage, loyauté, force et savoir. Une devise symbolisée par le lion figurant sur le blason rouge et or de la maison, que chaque élève se doit d’avoir à l’esprit en toutes circonstances. Comment Jean-François Ménard a-t-il décidé de traduire le nom de la maison ? Décomposons ensemble le nom : un “griffin” en anglais est un “griffon” en français. Il s’agit d’un animal fantastique à tête de lion. Puisque l’or est l’une des couleurs du blason de la maison, la sonorité “dor” veut dire “d’or” en français. Ainsi, le nom de famille du fondateur devient l’illustration même du symbole de la maison : griffon d’or/Gryffondor ! Incroyablement astucieux n’est-ce pas ? C’est bien digne d’un élève Gryffondor, ça.

  • Choixpeau (Sorting hat)

Le choixpeau est probablement l’une de mes traductions préférées parmi les termes emblématiques des livres Harry Potter. Il s’agit de l’objet magique qui assigne les élèves de Poudlard à leur maison dès leur arrivée à Poudlard. En anglais, il n’y a pas de jeu de mot particulier à noter (littéralement chapeau qui trie/classe) mais la traduction en français est très percutante !

  • Moldus (Muggles)

Le mot “muggle” n’a pas vraiment de sens précis. Selon un dialecte, “muggle” signifierait “queue de diable”. C’était probablement la volonté de J.K.Rowling que d’utiliser un mot qui n’a pas vraiment de sens pour parler de tous les non sorciers. L’objectif du traducteur était d’inventer un mot ayant la même consonance que “muggles”. Il a donc opté pour “moldu” (ainsi le mot commence aussi par un “m” et la sonorité du « u » est conservée) en ayant en tête l’image de quelqu’un un peu mou du cerveau à qui il manquerait quelque chose puisqu’il serait ainsi incapable de comprendre l’art de la sorcellerie.

  • Neville Londubat (Neville Longbottom)

Le prénom Neville et le nom de famille “Longbottom” étaient très courants aux États-Unis et désignaient à une certaine époque les personnes vivant dans de longues vallées. Ce nom de famille à la consonance un peu snob et coincée signifie également long postérieur, ce qui a valu beaucoup de moqueries au personnage ! La traduction a donc respecté ces deux aspects : le nom, assez maladroit, le tout avec une orthographe modifiée pour tenter de le déguiser. 

Autre piste de réflexion : un “bat” selon le Larousse, est un “appareil placé sur le dos des bêtes de somme et servant au transport des fardeaux” et il est vrai que l’on a un peu l’impression que Neville porte le poids du monde sur ses épaules !

  • Alastor Maugrey “Fol Oeil” (Alastor Moody “Mad Eye”) 

Le personnage Alastor Maugrey alias “Fol Oeil” est doublement intéressant. En effet le nom de famille “Moody” signifie ronchon ou encore de mauvaise humeur. Cette idée a été retransmise à travers le nom de famille “Maugrey”, inspiré du verbe “maugréer” qui signifie selon le Larousse : “manifester sa mauvaise humeur”. La terminaison -ey a été utilisée pour créer un nom à la consonance anglaise. Pour le reste, le prénom Alastor a été conservé et le surnom “Mad Eye” a été traduit littéralement par “Fol Oeil”. Bien qu’il s’agisse d’une traduction littérale, la sonorité est très évocatrice de la folie du personnage et de son côté atypique !

  • Riddikulus ! (Boggart-Banishing Spell) 

Ce sort fait disparaître les épouvantards en tournant au ridicule la forme que prend la peur du sorcier. Le traducteur a décidé de conserver la même incantation qu’en anglais, “riddikulus”, qui rappelle le mot anglais “ridiculous” tout en y ajoutant une sonorité latine, très adaptée à une incantation de sort et tout aussi compréhensible en français ! 

  • Failamalle (Pack !)

Je trouve personnellement cette traduction très amusante ! En anglais, l’incantation du sort est tout simplement “pack !” soit, “fais les valises”. Mixer à la fois les deux expressions “(s’est) fait la malle” et “fais les bagages/valises” donne un résultat très imagé et fun !

  • Épouvantard (Boggart)

Le mot “boggart” signifie, selon plusieurs dictionnaires, “esprit domestique”, “génie malveillant”, “fantôme” ou encore “poltergeist”. Un “boggart” est un esprit qui prend la forme de ce qui nous effraie le plus. Il est donc très personnel et s’adapte à chaque sorcier en inspirant de vaines terreurs. Un peu comme un épouvantail dont la silhouette effraie les oiseaux. C’est cette image qui a été choisie, tout en modifiant la dernière syllabe en -ard. Ainsi, “épouvantard” rappelle à la fois la sonorité du mot en anglais et la terminaison ajoute dans le même temps une connotation négative et c’est tout l’enjeu puisque ces créatures pourraient vous glacer le sang !

  • Chemin de traverse (Diagon Alley) 

Le nom original anglais du Chemin de Traverse est Diagon AlleyAlley signifie allée, et Diagon n’a pas véritablement de signification particulière. Le tout est presque l’homophone de diagonally, il s‘agit donc d’un jeu de mot.D’ailleurs, c’est ainsi qu’Harry Potter le prononce dans le tome 2, ce qui lui coûte de rater sa téléportation avec la Poudre de Cheminette. 

Une diagonale est une ligne traversante qui connecte deux points importants. Ici le Chemin de Traverse est la rue commerçante de la saga et donc le centre névralgique de la vie des sorciers. 

En outre, en français, un chemin de traverse désigne généralement un passage coupant à travers la campagne ou encore un raccourci qui n’est pas connu de tous. C’est parfaitement l’idée ici puisque cette rue est bien cachée. Pour y accéder, il faut se rendre derrière le Chaudron Baveur, et il faut savoir reconnaître les briques pour inscrire le mot de passe et y entrer. Il s’agit donc d’un voyage dans une autre dimension, au moins métaphoriquement !

  • Suçacide (Acid Pops) 

La traduction de cette délicieuse sucrerie est simple et efficace. Au lieu de rester sur deux mots distincts, les noms “sucettes” et “acides” ont été accolés pour ne créer qu’un seul mot. Et la sonorité est assez chouette avec cette allitération en s. On arrive presque à avoir la chair de poule rien qu’en lisant le mot ! Cela m’évoque cette sensation que l’on ressent lorsque l’on mange quelque chose de très aciiiiiide !

Et voilà, nous arrivons au bout de cette analyse. J’espère que cette immersion dans le monde magique d’Harry Potter et de la traduction d’édition vous aura plu ! 

Si c’est le cas tant mieux puisque vous aurez de quoi vous mettre sous la dent tout le reste de la semaine !

Sources 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s